Recevoir nos newsletters

S'abonner

Collégien alerte SMS

S'abonner

social

 
Accueil La Mairie Budget Budget 2014
PDF Imprimer Envoyer

Parlons Budget 2014

Trois questions à Didier Mériot, Maire adjoint en charge des finances et des grands projets

 

Vous êtes adjoint en charge des finances communales depuis 2008, pouvez-nous nous donner votre recette pour ne pas augmenter l’imposition locale ?

Malgré les baisses significatives des dotations de l’État ou du Département (10,37 % en moins cette année), nos recettes augmentent de 2,77 % bien qu’effectivement les taux d’impositions n’ont pas changé depuis maintenant plus de 10 ans. Ce constat n’est pas le fait du hasard, mais le résultat, entre autres, d’une politique d’aménagement de notre territoire maîtrisée. L’aménagement progressif du quartier de la Brosse, ainsi que l’arrivée des premières entreprises dans la nouvelle zone de Lamirault participent de cette bonne santé financière. La maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, au fil des années, est aussi un élément essentiel dans l’équilibre de nos finances. Cette année, nos dépenses de fonctionnement augmentent de 3,64 %, la reprise en gestion du quartier de la brosse, ainsi que l’ouverture du nouveau parc des sports expliquent essentiellement cette augmentation.

Quelle capacité notre commune possède-t-elle pour investir ?

Après avoir financé la totalité de nos bâtiments publics, notre dette est très faible et nous laisse la possibilité d’emprunter  à l’avenir pour de futurs gros investissements. Cette année, un budget supérieur au million d’euros sera consacré à l’aménagement et l’amélioration des bâtiments et services communaux. La création d’une classe informatique, l’équipement de tableaux numériques dans plusieurs classes du groupe scolaire, ainsi que l’extension de la salle restauration et l’acquisition d’un centre de lavage seront les principales dépenses d’investissements.

Quels sont les axes de travail pour les années à venir ?

Notre premier axe de travail reste l’attractivité de notre imposition locale qui doit profiter notamment aux revenus les plus modestes, et favoriser l’installation de nouvelles entreprises dans la zone d’activité de Lamirault. Le deuxième objectif est la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) doit nous offrir la possibilité d’un aménagement harmonieux et progressif. Troisièmement, une analyse de nos dépenses énergétiques et de télécommunication doit être engagée. Enfin, pour chaque nouvel investissement, comme nous l’avons toujours fait, il est primordial de calibrer nos équipements  publics au regard de nos besoins.