Accueil Urbanisme-environnement Développement durable
Développement durable PDF Imprimer Envoyer

Permis de végétaliser l'espace public : mode d'emploi

 

C'est permis !

La philosophie de notre Plan Local d'Urbanisme révisé en décembre dernier est de donner la possibilité aux citoyens de notre village,  non plus seulement de vivre à Collégien, mais de vivre Collégien.

Le conseil municipal de Collégien, a souhaité réaffirmer la place de la nature, dans notre vie et dans notre paysage, en donnant la possibilité aux citoyens, avec la commune, de végétaliser le domaine public en s’appuyant sur une démarche participative et une forte implication des habitants : désormais, végétaliser l'espace public, c'est permis !

 

 

 

Les vertus du projet sont multiples :

  • participer à l’embellissement de notre cadre de vie
  • s’initier au jardinage écologique
  • favoriser les échanges avec les autres
  • contribuer à la richesse de la biodiversité
  • exercer sa créativité
  • changer de regard sur la ville

Comment ça marche ?

> je télécharge le "Permis de végétaliser l'espace public - mode d'emploi" ou je viens le retirer en mairie

>>>> Permis de végétaliser l'espace public - mode d'emploi

> je présente mon projet sur les pages 7 et 8 du document

> si j'ai des questions, je m'adresse au service espaces verts de la mairie de Collégien au 01 60 35 05 89 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

> je dépose mon projet en mairie ou je l'envoie par mail à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

> Après approbation de mon projet, le services espaces verts me donne rendez-vous pour signer mon permis de végétaliser et à moi, mes fleurs préférées dans la rue !

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Jardins partagés communaux

La commune dispose de plusieurs espaces partagés à cultiver : à côté du cimetière et le long du quartier de la Brosse. Il est possible de faire la demande de parcelle à cultiver car certains se libèrent.

Demande à adresse en mairie par courrier ou par mail à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Montée de sève aux jardins

Regain d’élan du côté des jardins partagés de la Brosse ! Si la terre chargée d’argile n’avait pu tenir ses promesses, c’est par un nouveau type de culture issue de l’agro-écologie que les jardiniers ont fait renaître leurs parcelles avec l’aide du formateur de l’association Alliance Terre et Vie engagé par la municipalité. Cette technique s’appelle la culture en lasagne ; elle s'installe en une journée et permet d'avoir rapidement des fruits et légumes, sans engrais... un principe utilisé par les maraîchers au  XIXe s qui mêle carton, compost brun, compost vert et terreau - tout en limitant le pullulement des herbes folles ! Elle peut être facilement expérimentée dans un petit carré potager par tous ceux qui ont un bout de jardin.

>>>>>> Télécharger la technique du lasagna bed

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Protégeons notre eau

Au sein de notre foyer, nous avons tous le pouvoir de ne pas polluer. Nous avons même la responsabilité de ce nous jetons, de comment nous jetons et de ce nous pouvons recycler. L’eau est la première des ressources directement affectée par les rejets dangereux. Le Sietrem (Syndicat mixte pour l’enlèvement et le traitement des ordures ménagères) et le Siam (Syndicat intercommunal d’assainissement de Marne-la-Vallée) ont publié un communiqué commun pour alerter sur le fait que les déchets dangereux ne doivent pas être mis à la poubelle ni vidés dans l’évier ou dans les toilettes. Dans l’idéal, il serait plus que conseillé de limiter au maximum l’emploi de ce type de produit. Toutefois, lorsqu’ils sont employés, il convient ensuite de les porter en déchetterie. Les produits dangereux jetés dans les containers d’ordures ménagères constituent également un danger pour les agents de collectes (des accidents de projection de produit sur le personnel lors du compactage des ordures dans le camion-benne sont arrivés). Par ailleurs, le Siam alerte également sur le fait que les lingettes (y compris les biodégradables) ne doivent pas être jetées dans les toilettes car elles obstruent les grilles de la station d’épuration et présentent un surcoût important.

 

Ces produits vont en déchetterie !

Produits entretien de véhicule : antigel, filtre à huile, liquide de dégivrage, liquide de refroidissement, anti-goudron, polish

Produits de chauffage : combustible liquide, allume-feu, nettoyant cheminée, alcool à brûler, produits de ramonage

Produits piscine : chlore, désinfectant piscine

Produits de bricolage : peinture, vernis, pigments, lasure, enduit, colle, mastic, résine, mousse expansive, paraffine, anit-rouille, white spirit, décapant, solvant, diluant, vaseline, térébenthine, acétone

Produits ménagers : déboucheur canalisation, ammoniaque, soude, eau oxygénée, décapant four, répulsif ou appât, imperméabilisant, insecticide, raticide, produit de traitement des matériaux

Produits de jardinage : engrais non-organique, anti-mousses, herbicide, fongicide

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

J’écomobile, je m’écomobilise

En juin dernier, la communauté d’agglomération a inauguré les trois premières stations d’auto-partage à Marne-et-Gondoire. Elles sont situées à l’hôpital de Jossigny, aux gares RER de Montévrain et de Bussy-Saint-Georges. Conçues avec une place de véhicule auto-partagé et de deux places à bornes de recharge électrique, les stations seront portées au nombre de 40 entre le printemps et l’automne 2015. Collégien devrait être dotée de trois stations au sein des deux zones industrielles et en cœur de ville. Ce dispositif fonctionne en cohérence avec les territoires du Val Maubuée et du Val d’Europe.

Renseignements : http://mopeasy.fr sur abonnement (4 euros par mois) et paiement à l’heure ou à la demi-heure.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ma bicyclette à la consigne

Vous rêviez d’aller au RER en vélo mais une fois à la gare, vous ne trouviez pas ou peu de stationnement adapté, avec l’angoisse de retrouver votre cycle préféré éparpillé façon puzzle ? Ce temps est bientôt révolu puisqu’une consigne Véligo sera mise en service en décembre. Installé au rez-de-chaussée du centre commercial BAY 1, face à l’entrée de la gare, ce service de stationnement sécurisé offre 100 places ouvertes à tous les détenteurs d’un pass Navigo. L’abonnement est d’1 € par mois. Cette offre est complétée par des places de stationnement pour les personnes sans pass Navigo à 0,10 € l’heure, 0,50 € la journée, et un service de location et de réparation de vélos.

Abonnement consigne Véligo : rouelibre.fr / 01 44 88 78 30

Stationnement sans pass Navigo : auprès de la MEP du Val Maubuée / 01 60 05 66 63


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Potager city, c'est parti !

 

C’est le samedi 29 mars dernier que les jardins communaux du quartier de la Brosse ont été inaugurés par les conseillers municipaux et tous les futurs jardiniers réunis pour l’occasion. Sur un large terrain partagé en trente parcelles, ont, en effet, pris place des cabanons de jardin, des bacs à compost et tous les espoirs de voir grandir légumes et petits fruits au contact du doux voisinage de la belle vue de la vallée de la Brosse. Bon courage et belles plantations à tous les jardiniers !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Des jardins dans la ville

Le terrain est encore recouvert de grosses mottes mais dès le printemps 2014, c’est à la joie de voir rosir radis, rougir tomates et verdir courgettes que vont pouvoir s’adonner les heureux locataires de parcelles potagères ! Et ça se passe du côté du quartier de la Brosse, en lisière des nouvelles constructions. La commune a, en effet, décidé de mettre à la disposition des habitants du quartier, motivés, un large terrain divisé en jardinets pour s’adonner à leur créativité légumière et fruitière. Invités à faire connaître leur candidature à l’automne dernier, les jardiniers en herbe ont répondu en masse puisque les 30 parcelles ont d’ores et déjà été réservées. Recouvert d’une terre végétalisé, le terrain sera bientôt équipé de cabanons de bois, de récupérateurs d’eau et de composteurs pour un tout début des culture dès le mois d’avril. À vos binettes !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Le Club climat énergie seine-et-marnais

Le conseil général de Seine-et-Marne a adopté son plan climat énergie le 24 septembre 2010. Lors de la première rencontre des territoires organise en décembre dernier, l'initiative d'un club climat énergie seine-et-marnais a été lancée. Son objet : faciliter et accompagner le développement des actions et des politiques énergétiques et climatiques dans le département.

Plus d'information sur le Club climat énergie de Seine-et-Marne

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Projet Développement durable

Un projet autour du développement durable est en cours de réflexion au sein des équipes municipales. Mais toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Aussi tous les habitants qui veulent s’associer à cette réflexion peuvent contacter :

Hien Toan Phan : permanence en mairie le samedi de 9 h à 12 h.

Au cœur des préoccupations
Avril 2011 : rendez-vous autour du développement durable et des démarches liées, type agenda 21, à la maison communale Lucien Zmuda. Au cours de ce moment d’échange, Michel Chartier a rappelé la ligne directrice qui a toujours présidée à l’élaboration des projets depuis 15 ans : « Nous avons fait en sorte que tous les projets de la commune s’inscrivent dans l’avenir, dans la durée. Dans un environnement resserré entre deux autoroutes et une ligne de RER, nous avons donné aux habitants les moyens de ne pas utiliser leur voiture en maintenant les commerces et les services publics et médicaux en cœur de ville. Nous avons reçu un prix de l’environnement pour notre plan de circulations douces. Nous avons fait en sorte de préserver les espaces verts entre les logements et intégré des normes HQE à plusieurs constructions (la maison communale, la Zac de Lamirault), il y a encore bien d’autres exemples… Nous avons fait notre travail d’élus. Pour aller plus loin, nous avons besoin de nouveaux outils de travail». Suite à ce rendez-vous, un premier diagnostic va être réalisé pour déterminer des axes de travail.

Une crise en cache une autre … celle de l’environnement

Ce n’est pas du catastrophisme ni de la sinistrose mais un constat appelant au sursaut de toutes et de tous. La réunion du 4 avril 2009 du G20, groupement de 20 pays les plus riches du monde, détenant à eux seuls les 80 % de la richesse mondiale a communiqué 6 axes  d’actions ayant pour but de sortir le monde des crises financière, économique, sociale et environnementale. Mais pourquoi ajouter l’environnement au plan d’actions qui, a priori, n’a rien à voir avec le marasme actuel socio-écomonique ? La Terre est surexploitée pour le pur profit spéculatif avec frénésie et sans aucun respect environnemental. Les productions industrielles, agro-alimentaires, les déforestations, les pêches maritimes existantes sont trop importantes : nous sommes 6,5 milliards sur terre et nous produisons pour 12 milliards de personnes, presque le double de la population mondiale actuelle. Malgré cela il y a une crise alimentaire dans nombre de pays. La fin inéluctable de la quantité certes colossale mais bien limitée du pétrole devrait être prise en compte par le monde entier. Le climat change. El Niño par-ci, El Niña par-là. Les pôles arctiques et antarctiques fondent. Les  abeilles disparaissent… La mère Nature a simplement réagi. Nous devons réagir. Chaque corps d’Etat, chaque individu intervient à son niveau, dans son périmètre avec ses compétences. Gouvernants, producteurs et consommateurs doivent changer de  comportement dans la manière de travailler, de vivre : les uns pour instituer un cadre légal, les autres pour une nouvelle façon de produire en utilisant le plus de ressources recyclables possibles et enfin les consommateurs pour un mode de vie dont chaque geste doit contribuer à préserver l’environnement. Les déchets de consommation constituent une source connue et reconnue de pollution. Le syndicat mixte Sietrem, créé en 1962, regroupant 30 communes dont Collégien, collecte, traite et valorise nos déchets ménagers. Il a mis en place une usine d’incinération des déchets ménagers, à la pointe des normes administratives et techniques européennes et françaises et l’a doté d’un  turboalternateur pour produire de l’électricité. Parallèlement, le syndicat met en place un réseau de déchetteries et des collectes sélectives pour collecter, valoriser nos déchets.

A Collégien, depuis de nombreuses années, la dimension environnementale est au cœur de toutes les démarches éducatives et urbanistiques de la municipalité. Le centre de loisirs axe énormément ses animations sur le thème de l’environnement. Des circulations douces ont été créées. Un programme nommé « Mill’pieds » est réalisé par la fédération de parents d’élèves soutenu par la commune pour inciter parents et écoliers à se rendre aux écoles à pied. L’évacuation des eaux usées est maintenant complètement séparée des eaux pluviales sur toute la commune. Il y a plus de 56 % d’espaces publics verts sans compter les surfaces « vertes » privatives. L’électricité pour l’éclairage public a diminué presque de la moitié grâce au remplacement des ampoules d’une technologie différente. Une troisième pièce d’eau a été réalisée pour éviter les crues centenaires ainsi que l’aménagement d’une nouvelle parcelle en espaces verts. La future maison communale est construite dans l’esprit de la charte Haute Qualité Environnementale. Le futur programme de logements sociaux et privatifs est entièrement conçu en HQE. Fidèle à la démarche pour le développement durable, une proposition d’inviter une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) à s’installer sur Collégien a été faite. Collégeoises, Collégeois, vous pouvez aussi participer aux actions pour le développement durable par des gestes quotidiens, simples, à première vue sans importance mais qui contribuent énormément à la préservation de notre environnement. Prendre une douche « coûte » moins d’eau qu’un bain, éteindre les lampes dès que vous quittez une pièce, remplacer les ampoules incandescentes par des lampes basse consommation, bien trier les déchets ménagers pour permettre un recyclage efficace, continuer de garder le réflexe de trier dans vos balades ou en faisant vos emplettes dans les centres commerciaux, utiliser les déchets organiques pour vous constituer un compost gratuit pour le jardinage… Ceux-ci ne sont que de petits exemples de gestes que nous pouvons tous faire. Préserver notre planète Terre pour les générations futures exige la mobilisation de toutes et de tous.

Hien Toan Phan, maire-adjoint en charge de l’urbanisme et de l’environnement

 

Liens utiles

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer